De l’urgence de vivre au ralenti